Interview : Gaspard Royant te parle de musique, des USA et de sa rencontre avec Arnaud Desplechin

photo : Romina Shama

Gaspard Royant je l’ai découvert dans la rubrique 10 chansons sur le net des Inrocks. Ils parlaient « d’un folk grands espaces », d’un « Parisien barbu » et d’une voix « qui susurre à l’oreille et hurle au cœur ». Il ne m’en fallait pas plus, je suis allée écouter, puis j’ai décidé de l’interviewer, il a dit « oké » :

On te sent très impliqué dans ta musique, tes paroles, ton interprétation. Faire de la musique, écrire c’était une envie ou un besoin?
Le besoin, c’est de s’exprimer. J’ai longtemps cherché quelle était la forme la plus efficace pour dire ce que j’avais besoin d’exprimer. Ecrire un livre, faire un film… chanter c’est le mode le plus naturel pour moi. Mais je peux pas dire comme beaucoup que je ne sais faire que ça. Moi je sais faire plein d’autres choses. Mais la musique c’est ce qui me rend meilleur.

Gaspard RoyantGrow :
http://www.divshare.com/flash/playlist?myId=4891795-1a5

Ton voyage aux Etats-Unis semble t’avoir marqué. Qu’est-ce qui a changé? Qu’est-ce qui t’a plu là-bas?
Je suis souvent allé aux USA. J’ai toujours été baigné dans la culture américaine. Alors les États-Unis, quelque part, c’est la maison. Quand je suis parti en 2005 faire la traversée, j’étais arrivé au bout d’un truc. Je ne me voyais pas d’avenir, je ne savais pas ce qui allait m’arriver… j’avais besoin de me perdre totalement. Ma vision des USA est très fantasmée et symbolique : c’est le nouveau monde, c’est là que le monde finit… je voulais faire le voyage des pionniers, arriver au Pacifique par la route, ressentir l’immensité. Là-bas l’aventure est encore possible. Bien que très développé, c’est resté un pays dur.

C’est à ce moment que la musique t’a semblé être une évidence? Pourquoi?

C’est là-bas que j’ai compris qu’il ne servait plus à rien de reculer. Il fallait l’accepter : je veux faire de la musique. Arrêter de se persuader du contraire, de chercher la sécurité. Je n’avais plus grand chose à perdre.

Dans tes influences musicales il y a Dylan, Elliott Smith, des songwriters, plutôt vieux ou plutôt morts. Parmi les chanteurs/groupes d’aujourd’hui, qui te fait de l’effet?
Arcade Fire m’a traumatisé. Je n’avais pas senti ça depuis OK Computer. Un choc. Je suis fan de deux groupes de Manchester : I am Kloot et Elbow qui font une musique très ambitieuse et en même temps très efficace. Et puis pardon mais j’adore Coldplay! Leur côté universel me plaît. Après, il y a beaucoup trop de groupes qui sortent, je n’arrive pas à suivre, je suis en retard de deux ans. Mais la plupart des groupes de rock que j’entends ne me font pas grand chose.

On a tous un chanteur(euse) qu’on aime bien mais qu’on assume pas du tout. Le tien c’est qui?

Phil Collins ! J’avais le Live Serious Hits quand j’étais gamin. Je l’ai usé et je l’ai racheté. Mais je suis allé voir Gonzales en concert l’autre jour et il reprenait Easy Lover. Alors c’est peut être le grand retour de Phil Collins !

Ta chanson « The Big sleep » est au générique d' »Un Conte de Noël ». Comment on se retrouve sur la B.O du dernier Desplechin ? C’est venu de toi? Du hasard? …
A l’occasion, pour gagner mon pain, je fais le journaliste pour des magazines de cinema. Je suis allé interviewer Arnaud Desplechin l’année dernière et le courant est bien passé entre nous, on a discuté musique car nous avions beaucoup de goûts en commun (il est fan d’Elliott Smith). Hasard ou destin, la bande était inutilisable et je lui ai proposé de refaire l’interview. Ce coup-ci je lui ai passé une demo. Six mois plus tard il m’envoyait un mail me demandant s’il pouvait utiliser une de mes chansons dans son prochain film. J’ai remercié le matos défectueux.

Gaspard RoyantThe big sleep (B.O Un Conte de Noel) :
http://www.divshare.com/flash/playlist?myId=4891806-288

Pour finir, dis nous où tu en es : concerts à venir, nouvelles chansons, album, …

Je sors d’une période de concerts assez faste. L’été arrive et je vais en profiter pour enregistrer quelques nouveaux morceaux. J’ai une trentaine de chansons qui attendent d’être enregistrées alors il y a de quoi faire ! Le but du jeu c’est de trouver des partenaires : éditeur, label, tourneur, manageur… je suis assez nul pour me vendre et je n’ai pas le contact facile, ce qui forcément ne m’aide pas beaucoup. Mais depuis la BO d’Un Conte de Noël, les choses bougent, les gens s’intéressent. Depuis que je me suis lancé, mon mot d’ordre c’est : « on verra bien ».

En attendant, si ça te fait plaisir, tu peux télécharger son titre : Gaspard Royant – The big sleep (mp3)

www.myspace.com/gaspardroyant
www.gaspardroyant.com

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.