Documentaires : Jésus en Amérique et la musique noire sur ARTE.TV

Ce weekend, je te conseille, enfin c’est même pas un conseil, IL FAUT que tu regardes ces 2 documentaires. Ils étaient diffusés cette semaine sur Arte, mais ils sont encore disponibles quelques jours sur Arte.tv. Merci (Danke) Arte. Merci internet.

JESUS en politique (les vidéos mettent quelques secondes à se lancer, donc sois patient) – réalisation Ilan Ziv, 80 min. (2008). Résumé :

« Il paraît lointain le temps où J. F. Kennedy affirmait l’absolue séparation de l’Église et de l’État aux États-Unis. Aujourd’hui, la religion exerce une influence cruciale sur la vie politique américaine. Le candidat républicain John McCain subit la pression des évangélistes et fondamentalistes, tandis que le démocrate Barack Obama trouve les accents de la religion pour galvaniser ses électeurs. Le réalisateur Ilan Ziv cherche à comprendre pourquoi et comment les groupes religieux revêtent une telle importance dans la politique américaine, et tente d’élucider leur rôle et leur influence tout au long de la campagne des élections primaires.« 

Ce documentaire est super intéressant et très bien fait, mais il fout un peu les jetons.

BLACK music – réalisation Marc-Aurele Vecchione, 104 min. (2008). Résumé :

« Résumer plus d’un siècle et demi d’histoire des Noirs américains et de leur production musicale en moins de deux heures relève de la gageure. C’est pourtant le pari gagné par le réalisateur Marc-Aurèle Vecchione, qui plonge le spectateur dans un ébouriffant maelström de rythmes et d’images. Les racines de toutes les musiques nées aux États-Unis, du blues au hip-hop, se trouvent en Afrique. Tout comme les spirituals et les work songs ont accompagné et soutenu l’espoir des esclaves enchaînés dans le Sud profond, chaque avancée, chaque combat des Noirs américains a été annoncé, célébré ou amplifié par le rythme, le chant, la danse.« 

Black Music est vraiment, vraiment bien. Je l’ai même regardé deux fois. Des negro spirituals à Fuck tha Police de N.W.A, en passant par Strange Fruit de Billie Holiday (qui nous met vraiment mal à l’aise), le tout sur fond de ségrégation et de répression. Au-delà de la musique, ce documentaire nous rappelle surtout à quel point l’Amérique est a été raciste. Barack Obama en 2008 c’est une sacrée avancée, surtout quand on nous rappelle que Rodney King c’est pas les années 60, mais les années 90.

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.